Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

La colère d’une partie du monde agricole belge, alimentée par les mobilisations allemande et française, s’est largement répandue, lundi 29 janvier, et a entraîné de nombreuses perturbations sur les routes du pays.

La circulation a été entravée dans plusieurs provinces wallonnes, principalement sur l’autoroute qui traverse la région, de la frontière française à la frontière allemande. Des centaines de tracteurs y ont perturbé le trafic depuis dimanche soir. Des actions étaient aussi organisées dans les provinces du Hainaut, de Namur et du Luxembourg, avec des barrages bloquants ou filtrants.

Deux parties du « ring », le périphérique de Bruxelles, ont été coupées lundi, ce qui a entraîné d’importants bouchons. A Hal, au sud-ouest de la capitale, l’une des principales voies d’entrée et de sortie de la ville-région, le trafic a été coupé tout au long de la journée. Des manifestants ont bloqué le centre logistique de Colruyt, l’une des grandes enseignes de supermarchés belges. Un centre du groupe Aldi a également été ciblé dans la province d’Anvers.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En Belgique, le monde agricole de Wallonie se mobilise à son tour

A Bruxelles, de premiers tracteurs sont apparus à proximité du Parlement européen. Des agriculteurs de toutes les régions, mais aussi venus de France et d’autres pays, ont prévu de se rendre dans la capitale dès mercredi, à la veille d’un sommet européen extraordinaire. La détermination de certains d’entre eux est résumée sur un calicot apposé sur un tracteur : « L’agriculture enfant tu en rêves, adulte tu en crèves. Et si on crève, alors l’Europe crèvera avec nous ».

Des revendications communes

Quelle sera l’attitude des forces de l’ordre, qui se sont contentées jusqu’ici d’accompagner et d’encadrer les actions mais redoutent des débordements à proximité du bâtiment où seront réunis les chefs d’Etat et de gouvernement ? « Elles miseront d’abord sur le dialogue et la concertation, tant avec les agriculteurs qu’avec leurs organisations qui sont sur le terrain », a assuré Nick Gyselinck, porte-parole de la ministre de l’intérieur, Annelies Verlinden.

Cette dernière a dit que les manifestants pourraient se faire entendre « en des endroits auxquels ils attachent une importance symbolique », à condition de ne pas entraver totalement la circulation. Le Centre de crise national, qui réunit tous les services chargés de la sécurité, « suivra la situation d’heure en heure », a précisé Mme Verlinden.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Les Européens tentent de désamorcer la colère du monde agricole

Le premier ministre, Alexander De Croo, et le ministre fédéral de l’agriculture, David Clarinval, devaient rencontrer, mardi, des représentants du monde agricole pour tenter de calmer les esprits. M. Clarinval déclarait la semaine dernière que « des objectifs trop ambitieux » du Pacte vert européen devaient sans doute être « remis en cause ».

Il vous reste 35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.