Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

La patience peut parfois payer. La Société des gens de lettres (SGDL) vient de retrouver trois lettres signées Charles Baudelaire, Guy de Maupassant et Alexandre Moreau de Jonnès, qui avaient été volées dans ses collections en 1980. Un cambriolage par effraction avait été commis à l’hôtel de Massa, le siège de la SGDL, dans le 14e arrondissement parisien. Deux coffres avaient été forcés et les malfaiteurs avaient dérobé 160 lettres des XIXe et XXe siècles, signées notamment Victor Hugo, Pierre Louÿs, Charles Péguy, Colette, Maurice Maeterlinck, Léon Blum. Les voleurs avaient aussi emporté une édition originale du recueil Une saison en enfer, d’Arthur Rimbaud, une somme de 20 000 francs en liquide (3 500 euros) et deux bijoux provenant d’une donation.

Selon Patrice Locmant, directeur général de la SGDL, il semblait peu probable que ce butin réapparaisse un jour, puisque « ce vol avait fait l’objet d’un dépôt de plainte et tous les manuscrits portaient le cachet de la SGDL ». Les maisons de vente aux enchères comme les marchands d’art ont en effet l’obligation de contrôler la provenance des objets proposés à la vente et « la présence du cachet d’une institution doit éveiller leur attention », souligne-t-il.

Le directeur général de la SGDL affirme que les trois lettres « ont mystérieusement refait surface » au cours des derniers mois. La première, réapparue en novembre 2023, est de Charles Baudelaire. Elle est datée du 23 février 1852, et le poète alors trentenaire y sollicite une aide d’urgence à la SGDL pour boucler ses fins de mois. Il n’a manifestement pas de quoi vivre décemment en écrivant des comptes rendus de salons. Cette courte missive devait être mise aux enchères à Drouot par la maison Giquello et associés avant que la SGDL ne saisisse l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC). Si bien que cette première lettre a été retirée de la vente, puis restituée sans difficulté à la SGDL.

Repérée sur eBay

En décembre 2023, un collectionneur belge, dont l’identité n’a pas été révélée, assurait avoir découvert une lettre de Guy de Maupassant dans un lot de cartes postales acheté en salle de ventes. Il a souhaité la faire estimer par un expert, qui lui a immédiatement signalé la présence du tampon de la SGDL et l’a invité, lui aussi avec succès, à la restituer à son propriétaire.

Enfin, mi-janvier, la dernière des trois lettres mystérieusement ressurgies, d’Alexandre Moreau de Jonnès – auteur de nombreux traités sur la médecine aux Antilles –, a été repérée sur le site de ventes eBay. Là encore, l’intervention de l’OCBC a permis sa restitution à la SGDL.

Il vous reste 30% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.