Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Bruno Lasserre, président du comité de pilotage des Etats généraux de l’information, lancés en octobre 2023, qui fut également vice-président du Conseil d’Etat (2018-2022), a démissionné « pour des raisons strictement personnelles et familiales », a annoncé l’Elysée, jeudi 25 janvier. Il est remplacé par le patron d’Arte, Bruno Patino.

M. Lasserre, 70 ans, a démissionné « pour des raisons strictement personnelles et familiales, qui nécessitent qu’il puisse disposer de plus de temps à un moment où les Etats généraux supposent un engagement de tous les instants », ont pour leur part rapporté les Etats généraux de l’information dans un communiqué.

Le 30 novembre, une juge d’instruction parisienne avait ordonné un procès en correctionnelle pour complicité de harcèlement moral contre M. Lasserre, pour des faits remontant à l’époque où il dirigeait l’Autorité de la concurrence (2004-2016). Son ancien subordonné Fabien Zivy sera, lui, jugé pour harcèlement moral.

Mis en examen en 2019

Nommé en 2011 à la tête du service juridique de l’Autorité de la concurrence, M. Zivy avait vu son management qualifié de « toxique et disqualifiant », en particulier envers un adjoint, Alain Mouzon, dans un audit rendu le 15 avril 2013. Mis à pied huit jours plus tard par M. Lasserre, M. Zivy était resté en fonctions pendant un mois, avant d’être muté au sein de l’Autorité de la concurrence. Il y était resté jusqu’en janvier 2014.

Le 27 mars 2014, M. Mouzon, 46 ans, avait été retrouvé mort dans son appartement. Deux arrêtés publiés en avril 2015 par les ministres de l’économie et des finances avaient conclu que sa mort était « imputable au service » et constitutif d’« une maladie à caractère professionnel », selon Marianne, qui avait révélé l’affaire.

« M. Mouzon a été exposé à un harcèlement moral qui a entraîné un épuisement professionnel et le développement de troubles anxieux sévères qui ont conduit à son décès », avait confirmé le tribunal administratif de Paris, le 17 mars 2016. L’Etat avait été condamné pour faute lourde et à verser 60 000 euros à la mère de l’agent.

Cette dernière avait porté plainte, à la fin de 2015, contre MM. Vizy et Lasserre, ce qui avait entraîné l’ouverture d’une information judiciaire. Ils avaient été mis en examen respectivement en 2018 et en 2019.

Pendant l’instruction, M. Zivy avait rejeté le harcèlement mais avait évoqué une « histoire d’explosion, de burn-out collectif ». Il s’était présenté comme une « courroie de transmission » et un « amortisseur » de M. Lasserre.

Promesse de campagne du président de la République, Emmanuel Macron, en 2022, les Etats généraux de l’information dureront jusqu’à l’été. Par le travail de groupes d’experts et des consultations du public, ils doivent aboutir à des propositions de modifications législatives, ainsi qu’à des recommandations aux acteurs du secteur des médias et de la presse.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Les Etats généraux de l’information troublés par des initiatives dissidentes

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.