Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Lors de ses traditionnels vœux à la presse, mardi 16 janvier, Christian Pouget, le préfet de l’Aude, l’a martelé : « Il est hors de question pour moi de soutenir un projet comme celui-ci, un projet d’un autre temps. » Dans un courrier adressé au maire de Fontiers-Cabardès, une commune de 450 habitants située à 700 mètres d’altitude, le représentant de l’Etat affirme, par ailleurs, qu’il n’a reçu « aucun acte, ni dépôt de dossier, mais [que] ce serait totalement absurde d’avoir un discours de préservation de la ressource en eau et d’être en accord avec un projet de golf ».

De quoi mettre un terme à ce projet porté par Catherine Lacoste, 78 ans, héritière de la famille Lacoste, qui a jeté son dévolu sur ces terrains ? Le 8 février 2011, avec sa société de promotion immobilière Telcapi, elle signe avec l’ancien maire du village, Yves Bonnafous, une convention de trente ans qui intègre la construction d’un complexe golfique.

En prévision, un parcours de dix-huit trous avec un club-house, un hôtel-restaurant quatre étoiles de 80 chambres, un complexe résidentiel de villas et d’appartements. Le tout pour environ 170 millions d’euros d’investissement, sur un périmètre d’études de 200 hectares. La convention évoque des pénalités à payer par la commune en cas de non-respect de celle-ci.

Modification du PLU

Le 30 décembre 2022, le maire de Fontiers-Cabardès, Gilbert Plagnes, fait modifier le plan local d’urbanisme de la commune, en y intégrant la possibilité dudit projet. Des recours au tribunal administratif sont immédiatement déposés par l’association Montagne Noire Avenir, opposée au golf, et par France Nature Environnement. Depuis, le maire de la commune se mure dans le silence. Pour Emmanuel Pistre, secrétaire de l’association locale d’opposants, forte de 500 adhérents, « ce n’est vraiment pas facile de savoir où l’on en est. Il suffirait que le maire attaque en justice cette fameuse convention de 2011 et tout serait réglé ».

Lire le reportage : Article réservé à nos abonnés La Montagne Noire, aux origines du canal du Midi

Catherine Lacoste ne s’exprime pas sur le sujet. Elle laisse le soin à Néocité, une société d’aménagement basée près de Toulouse, d’entretenir le suspense. « Un travail important a été effectué depuis le démarrage du projet en prenant en compte la topographie, l’insertion paysagère, les ressources en eau, l’accessibilité », selon sa directrice, Marie-Françoise Juan. Dans le village, l’ambiance est devenue délétère entre « pro » et « anti ». Le préfet, pour sa part, s’étonne que « la commune se soit engagée à permettre la réalisation d’un projet qu’elle n’a pourtant pas la compétence d’autoriser, cette compétence revenant à l’Etat ».

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.