Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

Le refroidissement du marché du travail se confirme en 2024, y compris chez les cadres, révèle le baromètre des prévisions de recrutement de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC), réalisé du 14 novembre 2023 au 24 janvier 2024 et publié mardi 2 avril.

Les embauches se poursuivront à un niveau élevé, pour cette catégorie d’actifs qui connaît une situation de plein-emploi relativement stable depuis des années, avec 337 000 recrutements de CDI et de CDD d’un an et plus prévus en 2024, contre 330 700 un an auparavant.

Mais la dynamique ralentit nettement, avec une hausse annuelle attendue à + 2 %, contre + 7 % un an auparavant. Un coup de frein qui s’explique par « la prudence des entreprises et la conjoncture », explique Pierre Lamblin, directeur des études à l’APEC. L’année 2023 avait marqué le retour à la normale prépandémique du rythme des recrutements, mais les employeurs, déjà confrontés au manque de candidats, avaient fait des prévisions nettement inférieures à ce qu’ils ont finalement réalisé : 330 700 embauches concrétisées contre 308 800 envisagées. « Encore une année record », souligne Gilles Gateau, le directeur général de l’APEC, qui y voit un espoir pour 2024.

Services à forte valeur ajoutée

L’effet de prudence pourrait de nouveau jouer cette année, renforcé par l’évolution de la situation économique. Le contexte conjoncturel n’est en effet pas étranger au coup de frein annoncé pour 2024 : la croissance est moins favorable à l’emploi et « les entreprises pourraient réduire leurs investissements de 0,4 % », précise Laetitia Niaudeau, la directrice générale adjointe de l’APEC.

Les employeurs doivent plus que jamais faire des choix, clairement orientés par les transitions numérique et environnementale. Le nombre de recrutements prévus pour les services à forte valeur ajoutée (189 200) continue ainsi de progresser (+ 4 %), tandis que le secteur du commerce est fragilisé (− 1 %, à 27 000) et que l’immobilier traverse une crise historique (− 30 %, à 3 400). En 2024, plus d’une embauche sur deux concernera l’informatique, le commercial et la recherche et développement.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Télétravail : plus de la moitié des cadres ne veulent pas de retour en arrière

Les disparités d’intentions d’embauche se retrouvent dans les régions, selon leurs activités économiques. D’un an à l’autre, les prévisions de recrutement de cadres en Pays de la Loire ne progressent plus que de 4 % (contre 18 % en 2023), en Auvergne-Rhône-Alpes de 3 % (contre 14 %), en Occitanie de 3 % (contre 12 %), et dans le Grand-Est de 1 % (contre 8 %). Mais avec leurs hausses de 4 % et de 3 %, les régions Pays de la Loire et Occitanie maintiennent les plus forts taux de l’année, portées par « la bonne orientation » des activités informatiques et « la bonne tenue » de la filière aéronautique, commente l’APEC.

Il vous reste 34.18% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.