Meilleures Actions
Histoires Web lundi, mars 4
Bulletin

Pour Les Républicains (LR), il existe des bons et des mauvais blocages. Habitué à défendre l’ordre et la liberté de circuler, la droite comprend − et encourage même − le moyen d’action employé par les agriculteurs ces derniers jours pour manifester leur colère. Olivier Marleix, chef de file des députés LR, a donné le ton dès le dimanche 21 janvier, sur France 3. « On soutient très clairement les agriculteurs dans leur mouvement, l’expression de leur colère, (…) y compris les blocages malheureusement quand il faut se faire entendre. »

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Face à la colère des agriculteurs, la récupération du RN contre l’Union européenne

Parti de Haute-Garonne le mardi 16 janvier, le mouvement gagne aujourd’hui le reste du pays. C’est le cas dans la circonscription iséroise de Yannick Neuder. « Ces blocages, qui doivent absolument rester pacifistes, comme ce matin sur l’A7 aux portes de Chanas, dans ma circonscription, sont le seul moyen pour les agriculteurs d’être entendus », défend le député.

Un soutien qui s’explique par la volonté de LR de ne pas laisser le champ libre au Rassemblement national (RN), qui tente de récupérer cette colère, à l’image de son président, Jordan Bardella, en visite samedi 20 janvier dans une ferme de Gironde. « Il a fait du tourisme agricole. En cinq ans, il n’a rien proposé sur le sujet au Parlement européen », souffle le député de l’Aisne Julien Dive.

Pistes de réforme

En décembre 2022, il a fait voter à l’unanimité au Parlement une revalorisation des retraites agricoles, qui doit être appliquée à partir du 1er janvier 2026. « Il est hors de question d’assister sans rien dire à un match entre Bardella le citadin et le gouvernement, prévient M. Dive. Au sein de notre groupe, dans une grande majorité, nous sommes élus dans des circonscriptions rurales et avons travaillé sur le sujet. »

Et il s’agit de capitaliser dessus. Début février, ce proche de Xavier Bertrand doit rendre au gouvernement un Livre blanc avec une quarantaine de propositions « pour insuffler une nouvelle vision au secteur agricole ». Des pistes de réforme élaborées avec une quinzaine d’autres députés LR, après avoir passé une partie de l’été 2023 à rencontrer des acteurs du monde paysan sur le terrain.

Ancien secrétaire d’Etat chargé de l’agriculture (2004-2005), Nicolas Forissier avait organisé la première étape de ce « tour de France » dans sa circonscription de l’Indre. « On est un certain nombre à sentir ce malaise couver depuis un moment. Les agriculteurs se sentent comme secondaires dans la politique menée par ce gouvernement », déplore le député, pourtant réputé « constructif » avec la majorité.

Il vous reste 50% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.