Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

C’est la semaine prochaine que sera sifflé le coup d’envoi de la campagne 2024 de la déclaration de revenus, le 11 avril. Le mois est par ailleurs chargé en nouveautés pouvant affecter les finances personnelles des ménages.

+ 4,6 % pour plusieurs prestations

Le 1er avril est la date de revalorisation annuelle de nombre de prestations, en fonction de l’inflation – revenu de solidarité active (RSA), prime d’activité, allocation adulte handicapé (AAH), allocations familiales, complément libre choix du mode de garde, pensions d’invalidité, rente accident du travail-maladie professionnelle, etc. Le taux cette année : 4,6 %.

En pratique | Article réservé à nos abonnés Quelles revalorisations en 2024 pour les retraites, le smic, les APL, le RSA ou les allocations familiales ?

Le malus Agirc-Arrco disparaît pour 700 000 retraités

Un malus temporaire de pension complémentaire de 5 % ou 10 % avait été instauré à l’Agirc-Arrco en 2019 pour les salariés remplissant les conditions du taux plein et refusant de décaler leur départ en retraite d’au moins un an. Supprimé en décembre 2023 pour les nouveaux retraités, il l’est aussi à compter de ce 1er avril 2024 pour les retraités s’étant vus appliquer ce dispositif (qui ont donc pris leur retraite entre janvier 2019 et novembre 2023).

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Retraites : ce qui va (encore) changer en 2024

Environ 700 000 personnes sont concernées, selon le régime, pour un gain moyen de pension Agirc-Arrco de 60 euros par mois. Il n’y a pas de démarche à accomplir. En revanche, « les retraités qui perçoivent une majoration [bonus temporaire] continueront de la percevoir conformément au calendrier initial », précise l’Agirc-Arrco.

Expulsions, coupures d’énergie : la trêve hivernale est finie

La trêve hivernale s’est achevée le 31 mars. Les expulsions locatives peuvent donc reprendre. Locataires et propriétaires confrontés à des impayés de loyers peuvent utiliser le numéro vert SOS Loyers impayés, 0805 160 075.

Autre impact, les coupures d’électricité et de gaz ne sont plus interdites. Toutefois, depuis avril 2023, les règles s’appliquant en cas d’impayés d’électricité, hors trêve, ont évolué : « Les bénéficiaires du chèque énergie ou du fonds de solidarité pour le logement équipés de compteurs communicants en électricité ne peuvent plus être coupés directement (…). Une réduction de puissance à 1 kVA, préalable à la coupure ou à la résiliation, devra avoir lieu pendant minimum 60 jours », indique le médiateur national de l’énergie.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Logement : à Paris, les congés locatifs frauduleux prospèrent à l’approche des Jeux olympiques

Certains fournisseurs ont renoncé aux coupures pour impayés toute l’année pour tous ou presque. EDF les a ainsi remplacées, depuis avril 2022, par des limitations de puissance, pour les logements équipés d’un compteur Linky communicant ou dont le compteur est accessible à un technicien d’Enedis. Idem pour Octopus Energy France (ex-Plüm énergie).

Il vous reste 67.51% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.