Meilleures Actions
Histoires Web vendredi, mars 1
Bulletin

Le groupe Casino a signé des accords avec Auchan et Les Mousquetaires-Intermarché pour leur céder 288 hypermarchés et supermarchés d’ici au deuxième trimestre, selon un communiqué publié par le groupe, mercredi 24 janvier. Cela représente une large partie de ses magasins sous enseignes Casino ou Casino Hyper Frais (ex-Géant). L’opération s’établit « sur la base d’une valeur d’entreprise comprise entre 1,3 et 1,35 milliard d’euros ». Les négociations, entamées à la fin de l’année 2023, portaient initialement sur 313 magasins.

« Les Mousquetaires et Auchan contribuent ainsi à préserver plus de 12 000 emplois dans les magasins », revendiquent Auchan et Les Mousquetaires-Intermarché dans un communiqué commun. Leurs patrons respectifs, Yves Claude et Thierry Cotillard, évoquent un « virage stratégique dans le secteur de la distribution en France et pour [leurs] entreprises ».

Dans le détail, 98 magasins, plutôt de grande taille, devraient passer sous l’enseigne Auchan et 190 seront cédés au groupement des Mousquetaires-Intermarché. Parmi ces 190 magasins, 26 doivent être cédés à Carrefour, qui a annoncé mercredi en fin d’après-midi être entré en « négociations exclusives » avec son concurrent. Carrefour doit aussi « racheter directement » cinq autres magasins à Intermarché.

Lire le décryptage : Article réservé à nos abonnés Pourquoi Casino aiguise l’appétit d’Auchan et Intermarché

Quant aux entrepôts logistiques, celui d’Aix-en-Provence doit revenir à Auchan. « Les contrats de prestations de services logistiques de Montélimar frais (26), Corbas gel (69) et Salon-de-Provence gel (13) » doivent être « transférés au groupement Les Mousquetaires », précise le communiqué.

Trois vagues de transferts

Il est prévu que les transferts de magasins se fassent en trois vagues successives, au 30 avril, 31 mai et 1er juillet, précise Casino.

En France, E.Leclerc est leader du marché avec environ 24 % de parts de marché, devant Carrefour, Intermarché, Système U, Auchan et Lidl. Casino était septième acteur du secteur.

Au sein de Casino, il « reste 23 magasins, dont 7 hypers, qui ne sont pas repris et pour lesquels l’avenir est incertain, car il n’y aura plus de structure telle que DCF [Distribution Casino France] pour les gérer », explique une représentante syndicale à l’AFP. DCF est l’entité dans laquelle sont regroupés les supermarchés et les hypermarchés français du groupe qui comptait encore 50 000 salariés en France à la fin de 2022.

Outre les 12 000 emplois qui doivent être concernés par un changement d’enseigne, le départ de ces nombreux magasins aura des conséquences pour les fonctions support du groupe, notamment administrative et logistique.

Les repreneurs se sont engagés à « reprendre l’ensemble des contrats de travail des salariés affectés aux magasins et aux stations-service » et à maintenir « les dispositions et avantages résultant du statut collectif Casino pendant une période de quinze mois », ce qui est prévu par la loi.

L’intersyndicale inquiète des « conditions sociales dans les magasins rachetés »

L’intersyndicale de Casino s’inquiète néanmoins des « conditions sociales qu’il va y avoir dans les magasins rachetés », arguant qu’un « emploi Casino ne vaut pas un emploi Intermarché ».

Auprès de l’Agence France-Presse mardi, Sylvain Macé, secrétaire national de la CFDT-Services, avait appelé les salariés à « négocier des accords de substitution dans les magasins Casino » qui vont changer d’enseigne.

Le Monde Guides d’achat

Gourdes réutilisables

Les meilleures gourdes pour remplacer les bouteilles jetables

Lire

Encore contrôlé pour quelques mois par son président-directeur général et premier actionnaire, Jean-Charles Naouri, le groupe, en pleine restructuration de sa dette, doit changer de mains en mars ou en avril et passer sous le contrôle des milliardaires Daniel Kretinsky et Marc Ladreit de Lacharrière, adossés au fonds d’investissement Attestor.

Lire la chronique : Article réservé à nos abonnés Casino : « Le dernier combat de Jean-Charles Naouri »

Le tribunal de commerce de Paris doit statuer le 5 février sur le plan de sauvetage du distributeur, entré à la fin d’octobre et jusqu’à la fin de février dans une procédure de sauvegarde accélérée.

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.