Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

FRANCE 5 ET FRANCE.TV – MARDI 2 AVRIL À 21 H 05 – DOCUMENTAIRE

En dépit d’une politique répressive, la France détient le record européen du nombre de consommateurs de cannabis (6 millions déclarés). A l’opposé, le Canada est devenu, sous l’impulsion de son premier ministre Justin Trudeau, le deuxième pays, après l’Uruguay, à légaliser le cannabis le 17 octobre 2018, et l’Allemagne a légalisé en 2023 le cannabis récréatif.

Faut-il réprimer ? Légaliser ? Le cinéaste Mathieu Kassovitz a enquêté. Lui qui revendique le droit au doute et ne cache pas une certaine défiance vis-à-vis des médias, a convaincu son ami, le réalisateur Antoine Robin, de le suivre un an, au Canada, au Maroc (plus gros producteur au monde), en Espagne, aux Pays-Bas et en Thaïlande. Sans contraintes idéologique ou éditoriale, ils en rapportent un documentaire dense et intelligent, à la liberté de ton inédite et euphorisante – décliné sur le Web en série.

« Jeudi 11 mai 2023, il fait beau sur Ottawa. » Devant la caméra et au commentaire, Mathieu Kassovitz valorise l’entretien d’une heure obtenu avec le premier ministre canadien et diffusé en fin de film (en version longue dans l’épisode 8).

Maroc, Pays-Bas, Canada…

Entre-temps, le film est structuré par pays, en débutant par la France, où « on estime à 4 000 le nombre de points de deal », affirme l’avocat Steeve Ruben. « Deux fois le nombre de McDo », complète Eric Henry, délégué Alliance police nationale, venu détailler la politique « Place nette » du gouvernement.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Narcotrafic : le bilan mitigé des très médiatiques opérations « Place nette »

En France toujours, Mathieu Kassovitz accompagne un dealeur, un « livreur » jusqu’à un « four » (lieu de distribution) en lointaine banlieue parisienne. Le cinéaste sait mettre ses interlocuteurs en confiance. Au CHU de Montpellier, la professeure Hélène Donnadieu, addictologue, reçoit deux jeunes patients, dont Romain, venu avec sa mère. « Pourquoi tu n’en as pas parlé à tes parents avant que ça devienne un vrai problème ? », questionne Mathieu Kassovitz.

Le tour du monde débute par une étape très personnelle au Maroc. « On a rendez-vous avec Abdellatif Adebibe, “le roi du kif”, et Mohammed », lance l’acteur-enquêteur face à la caméra. Le film continue par le port d’Algésiras et l’Espagne.

Lire le reportage (2023) : Au Maroc, la « beldiya » tente de résister aux variétés de cannabis importées

La visite d’Amsterdam se révèle plus déstabilisante. Dans l’ancienne capitale de la « fumette », des journalistes sont assassinés, les gangs se disputent le marché de la cocaïne, les coffee-shops ont le droit de vendre du cannabis, mais pas d’en acheter…

Pour comprendre, Mathieu Kassovitz rencontre, notamment, Arjan Roskam, multipropriétaire de coffee-shops, devenu riche et célèbre (photographié avec George Clooney) en vendant de la marijuana « sur mesure » – l’épisode 6 est recommandé. Mais Mathieu Kassovitz n’a jamais l’air aussi heureux qu’en visitant des salles de plantations, charlotte sur la tête. Au Canada, ses yeux s’écarquillent dans l’immense et ultramoderne usine qui produit 1 200 tonnes de cannabis par an. Ce qui représente beaucoup d’argent.

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

L’argent est justement évoqué par la députée Renaissance, Caroline Janvier (épisode 2). Elle souligne l’« échec du modèle français de prohibition » et son coût de 1 milliard d’euros par an, quand dépénaliser le cannabis et contrôler son marché « pourrait rapporter [à l’Etat] 3 milliards ». Un argument audible en ces temps de déficit record.

Cannabis, enquête de Mathieu Kassovitz et Antoine Robin (Fr., 2024, 90 min). A la demande sur France.tv (Fr., 2024, 10 × 20 min).

Réutiliser ce contenu

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.