Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Après plus d’un an d’une interdiction finalement annulée par la Cour suprême, la corrida a repris dimanche 28 janvier à Mexico, la plus grande arène au monde, à la grande colère des antitauromachie, qui se sont manifestés.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Un tribunal de Mexico interdit définitivement les corridas dans la capitale

Des dizaines de milliers d’aficionados ont investi la Monumental Plaza de toros Mexico, qui peut recevoir jusqu’à 41 000 personnes assises, pour la première corrida de la saison, avec à l’affiche le torero mexicain Joselito Adame, blessé en avril d’un coup de corne à la jambe gauche.

« Liberté. Taureaux, culture vivante », lisait-on au milieu de l’arène, où Joselito Adame et Diego Silveti ont procédé aux premières mises à mort, sous les traditionnels mouchoirs blancs. Joselito Adame a remercié dans un message écrit « tout le public mexicain représenté cet après-midi par tous ceux présents aux arènes de Mexico, un public inégalé qui maintient la tauromachie en vie, patient pour son retour, affectueux, critique et passionné ».

« La torture n’est ni de l’art ni de la culture »

Les arènes étaient protégées par un cordon de policiers destiné à bloquer la marche des adversaires de la tauromachie, qui ont défilé sous le slogan « La torture n’est ni de l’art ni de la culture ». Les corridas avaient été interdites en juin 2022 par la décision d’un juge de Mexico à la suite d’une plainte d’une organisation de défense des droits des animaux, Justicia justa. Le 6 décembre 2023, la Cour suprême a annulé cette décision, sans se prononcer sur le fond du recours. Les antitauromachie misent tout sur une décision finale dans les prochaines semaines.

Les corridas ont été importées par les conquistadors espagnols au XVIe siècle. Le secteur a généré en 2018 un chiffre d’affaires de 414 millones de pesos mexicains, avec 83 000 emplois directs, plaident les aficionados. Le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, a émis l’hypothèse d’un référendum dans la capitale sur l’avenir des corridas. Quatre des trente-deux Etats du Mexique les interdisent.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Corrida : un débat sur l’abolition escamoté à l’Assemblée nationale

Le Monde avec AFP

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.