Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

En Bretagne, première région agricole de France, Yann Manac’h rongeait son frein dans son exploitation laitière de Carhaix (Finistère). Lorsque Arnaud Rousseau, président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), a annoncé sur France Inter, lundi 22 janvier, des actions « toute la semaine et aussi longtemps qu’il sera nécessaire », l’agriculteur a dégainé un communiqué de presse dans la foulée.

Représentant cantonal de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles du Finistère, le Carhaisien s’est déclaré « en ordre de mobilisation » et a demandé « à l’ensemble des agricultrices et agriculteurs, ainsi qu’à [ses] sympathisants et collaborateurs du monde agricole, de se tenir prêts à passer à l’action pour obtenir des réponses à [leurs] revendications et faire respecter la considération due aux femmes et aux hommes qui nourrissent la France ».

Habitué à jouer des coudes pour défendre l’hôpital public de sa ville ou à chahuter les conseils d’administration régionaux de la coopérative Sodiaal pour critiquer le prix d’achat du lait, Yann Manac’h a été le premier syndicaliste du syndicat majoritaire à embrayer dans la péninsule. Peu de temps après son communiqué, il a annoncé le blocage de la nationale qui dessert le cœur de la région.

Doubler la Coordination rurale

« Les gendarmes ne sont pas tranquilles. On les voit tourner dans les fermes pour prendre des renseignements. Ils savent que le vent vient toujours de l’ouest ! », harangue-t-il, avant d’annoncer une reprise des contacts avec « tous [leurs] partenaires », comprenez les patrons du monde agroalimentaire qui avaient fomenté le mouvement des « bonnets rouges » en 2013. Yann Manac’h sait que la simple évocation du souvenir de la lutte contre l’écotaxe suffit à inquiéter dans les couloirs des institutions, alors le Finistérien s’en amuse presque.

Ailleurs en Bretagne, la mobilisation du syndicat majoritaire a été plus lente. Dans les locaux de la FNSEA, on a enchaîné les réunions pour orchestrer la reprise en main de la grogne, afin de doubler la Coordination rurale, présidée par Véronique Le Floc’h, éleveuse dans le Finistère. Cette organisation minoritaire avait annoncé très tôt – dès le 19 janvier – son intention de manifester, jeudi 25 janvier, devant la préfecture de Bretagne à Rennes.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Agriculteurs en colère : les syndicats veulent rattraper une mobilisation partie de la base

Depuis, des pêcheurs en colère mais aussi des travailleurs indépendants et des patrons du BTP sont attendus aux côtés des syndicalistes de la Coordination rurale. Jean Rozé, président de l’antenne morbihannaise, prévient : « La FNSEA veut reprendre en main le mouvement, mais on croit rêver. Ce syndicat se rend au ministère pour arracher des mesurettes. Maintenant, c’est fini. On ne va pas lâcher ! »

Il vous reste 20% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.