Meilleures Actions
Histoires Web mercredi, avril 24
Bulletin

Social, fiscalité, migrations, environnement, éducation, sécurité… Nos opinions peuvent diverger sur de nombreux sujets. Nous partageons cependant la conviction qu’il faut modifier d’urgence le mode de désignation des députés à l’Assemblée nationale, pour adopter un mode de scrutin proportionnel. Il y va de l’avenir de notre démocratie.

Tout d’abord, dans son principe même, le scrutin majoritaire actuel ne permet pas une représentation équilibrée des différentes sensibilités de la société française. En donnant tout le pouvoir au vainqueur, il autorise finalement des courants politiques qui ne représentent qu’une minorité de la population à gouverner et à modifier les lois de la République, sans avoir à tenir compte de l’avis de la majorité de nos concitoyennes et concitoyens.

De ce fait, il contribue à délégitimer la représentation nationale aux yeux de beaucoup et alimente un abstentionnisme croissant, qui risque, à terme, d’être fatal à notre démocratie. Rappelons que, lors des élections législatives de 2022, seuls 37 députés, soit 6,5 % de l’ensemble, ont été élus avec le soutien de plus de 30 % des électeurs inscrits de leur circonscription au second tour ; 61 députés représentent même moins de 20 % de ces inscrits.

Instabilité préjudiciable

Contrairement à ce qui est souvent mis en avant par ses défenseurs, le scrutin majoritaire engendre en réalité une instabilité préjudiciable des politiques publiques, parce que des politiques décidées sur une base minoritaire se heurtent à de fortes résistances et les gouvernements qui les portent sont souvent rejetés par les électrices et les électeurs au bout de cinq ans. De plus, avec la nécessité d’alliances de second tour, ce mode de scrutin favorise une logique d’affrontement entre blocs qui décourage la recherche de compromis permettant de rassembler une large partie de la société.

Lire aussi l’enquête (2022) : Article réservé à nos abonnés La proportionnelle ou le rêve d’un Parlement « miroir de la nation »

Enfin, un sondage réalisé en décembre 2023 indiquait que, avec le scrutin majoritaire, le Rassemblement national (RN) pourrait obtenir la majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale, bien qu’il comptabilise moins de 30 % des voix. Pendant quarante ans, le mode de scrutin actuel a contribué à sous-représenter le Front national, puis le RN, sans freiner pour autant sa progression. Au contraire, il l’a aidé à s’enraciner comme parti protestataire, en lui évitant d’avoir à prendre ses responsabilités à l’Assemblée nationale. Mais aujourd’hui ce même mode de scrutin risque de transformer la progression du RN en un raz-de-marée qui lui permettrait de mettre en œuvre sans entrave son programme irresponsable, pro-Poutine, xénophobe et liberticide.

Il vous reste 57.3% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.