Meilleures Actions
Histoires Web mardi, mars 5
Bulletin

ARTE.TV – À LA DEMANDE – DOCUMENTAIRE

La série documentaire « Les Grands Moments de la musique » revient sur des événements musicaux marquants. Ils sont commentés par des témoins extérieurs ou certains protagonistes des concerts sélectionnés par la branche ultra-rhénane de la chaîne franco-allemande.

Le concert, en 2003 au Festival de Lucerne, de la Symphonie n° 2 « Résurrection » (1888-1894), de Gustav Mahler, dirigée par Claudio Abbado (1933-2014) reste un moment d’exception, et ce à plusieurs égards : opéré d’un cancer à l’estomac en 2000, le chef italien s’était difficilement remis mais avait repris ses activités, quittant cependant, en 2002, l’Orchestre philharmonique de Berlin dont il avait été le directeur musical depuis 1989, succédant à Herbert von Karajan.

Abbado devait ensuite décider de ne plus s’attacher à une formation établie, préférant façonner à sa guise un orchestre d’élite saisonnier, réunissant chaque été des musiciens qui lui étaient proches, choisis par lui au sein des meilleures formations symphoniques, mais aussi des solistes internationaux ou des membres de quatuors à cordes fameux dont certains connaissaient là leur première expérience symphonique.

« Sphères spirituelles »

Ce projet s’incarna dans la résurrection, en 2003, de l’Orchestre du Festival de Lucerne, fondé par Arturo Toscanini en 1938, et par un concert inaugural resté mémorable (paru sur disque et DVD) consacré à la monumentale et macrocosmique symphonie de Mahler dont le nom, « Résurrection », indique qu’elle ne fut pas choisie par hasard par Abbado.

Dans le documentaire Claudio Abbado : entendre le silence (2003), de Paul Smaczny, le chef d’orchestre confiait à propos de sa maladie : « J’ai appris des choses nouvelles, cette interruption a été une expérience exceptionnelle qui fait que je vois et sens tout de manière différente. » Pour son ami l’acteur Bruno Ganz, elle lui a permis de gagner « les sphères spirituelles ».

Beaucoup des musiciens présents dans l’orchestre en 2003 tentent, vingt ans plus tard, dans ce nouveau numéro des « Grands Moments de la musique », de décrire cette expérience partagée. Mais leurs mots se cognent au seuil de l’inexprimable.

A l’occasion des dix ans de la mort de Claudio Abbado, le 20 janvier 2014, Arte.tv a mis également en ligne le concert intégral de cette Symphonie « Résurrection » de Mahler le 21 août 2003 à Lucerne, ainsi qu’un ensemble de programmes, dont le fameux Requiem de Verdi, filmé à Berlin en 2001, par un Abbado qui semblait devenu son propre spectre.

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

Un autre Requiem, celui de Mozart (Lucerne, 2012), témoigne de la synthèse qu’a su faire le chef entre les acquis de l’interprétation historiquement informée et sa propre manière. Autre beau moment : l’« Adagio » de la Symphonie n° 10 et Le Chant de la Terre de Mahler (Berlin, 2011, avec la mezzo Anne Sofie von Otter et le ténor Jonas Kaufmann).

La Symphonie n° 3 « Eroica », de Ludwig van Beethoven, a été donnée en août 2013 : quelques jours plus tard, toujours au Festival de Lucerne, à la tête de sa formation chérie qui le chérissait en retour, le musicien allait donner son ultime concert avec la Symphonie n° 9 d’Anton Bruckner. Comme à plusieurs reprises depuis 2001, la maladie avait repris le dessus ; cette fois-ci, elle devait le faire de manière fatale.

Abbado dirige la “Résurrection” de Mahler, dans le cadre de la série « Les grands moments de la musique », documentaire de Magdalena Zieba-Schwind (All., 2023, 43 min.). Sur Arte-tv jusqu’au 19 février.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.