Meilleures Actions
Histoires Web samedi, mars 2
Bulletin

Ils étaient venus pour manifester leur colère, dans une démarche festive. Mais l’occupation de la RN 20, à hauteur de Pamiers, dans l’Ariège, s’est achevée par un drame.

Dans l’après-midi du lundi 22 janvier, une centaine d’agriculteurs du département avait décidé d’occuper et de bloquer le principal axe de circulation qui permet de rejoindre l’Andorre depuis Toulouse. Mais, ce mardi, vers 5 h 45 du matin, une voiture est venue faucher une famille présente sous un grand barnum installé à côté des bottes de paille et barrant la route. Selon les premiers éléments fournis par le procureur de la République de Foix, Olivier Mouysset, le véhicule « a percuté, en pleine nuit, et sans éclairage public à proximité, un mur de bottes de pailleLe véhicule a alors fauché trois personnes, avant de finir sa course contre la remorque d’un tracteur ».

Alexandra Sonac, âgée de 35 ans, a été tuée sur le coup. Son mari Jean-Michel, 40 ans, a été grièvement blessé et leur fille de 14 ans est décédée mardi en début de soirée. Toujours selon le parquet, les trois occupants de la voiture sont un homme et deux femmes de nationalité arménienne. Ils ont été placés en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte pour « homicide involontaire aggravé et blessures aggravées ».

Lire aussi | En direct, colère des agriculteurs : la fille de l’agricultrice qui a été tuée a succombé à ses blessures mardi soir

En fin de matinée, à la sortie de Pamiers, sous le pont occupé, les forces de l’ordre bloquaient un périmètre de sécurité autour du lieu de l’accident. Très choqués, la plupart des manifestants présents sur le barrage tenaient la presse à distance, avant que les tracteurs ne quittent les lieux, dans le silence.

« Une famille très engagée »

Jean-Yves Bousquet, agriculteur à Mirepoix, également vice-président de la chambre d’agriculture du département, avait quitté le barrage la veille au soir, « alors que l’ambiance était chaleureuse, très conviviale ». Selon lui, « environ 150 manifestants étaient présents dans la soirée, et une cinquantaine d’entre eux sont restés sur le site pour dormir, sous un grand barnum ». Pour M. Bousquet « ce moment de partage s’est transformé en drame ; on doit encore rester solidaires, même dans cette nouvelle et terrible épreuve ».

Lors d’un rassemblement au hameau des Pujols, dans l’après-midi, à quelques kilomètres du lieu du drame, responsables agricoles et élus de l’Ariège sont venus pour rendre hommage à Alexandra Sonac, qui élevait des vaches depuis 2016 avec son mari, sur la commune de Saint-Felix-de-Tournegat.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés « Le mouvement des agriculteurs n’a pas vraiment de similitudes avec celui des “gilets jaunes” »

Sébastien Durand, le maire de la commune et vice-président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) a déclaré, très ému : « J’organisais ce rassemblement avec Jean-Michel, le mari d’Alexandra qui est conseiller municipal de Saint-Félix-de-Tournegat. C’est une famille très engagée dans le monde agricole, c’est un drame absolu ».

Il vous reste 40% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Share.
© 2024 Mahalsa France. Tous droits réservés.